Département : Ailleurs

Catégorie : Actualité du secteur

Copie Privée : la mobilisation continue

Copie Privée : la mobilisation continue

par Laure Clarenc - le 04/06/2021

Comme l'explique le site copieprivée.org : "Depuis 1985, la France permet au public de copier librement pour son propre usage des photos, musiques, films, séries…  En contrepartie de la copie privée de leurs œuvres, qui est réalisée en grande partie grâce aux supports numériques (téléphones, tablettes, disques durs externes…), les artistes et le monde de la création perçoivent une rémunération sur la vente de ces objets.  Ce mécanisme vertueux a depuis été adopté par 25 des 27 États membres de l’Union européenne.

A quoi sert l’argent collecté grâce à la copie privée ? A aider chaque année 12 000 événements culturels dans nos villes et nos campagnes. 64% des festivals de musique sont financés en partie par ce mécanisme. 200 000 auteurs, écrivains, cinéastes, artistes-plasticiens, photographes, scénaristes, auteurs-réalisateurs, auteurs de théâtre ou encore compositeurs de musique sont soutenus dans leur travail. Depuis le début de la crise sanitaire, grâce à ce dispositif, plus de 10 000 créateurs en détresse ont reçu une aide d’urgence. Ce n’est pas une taxe qui va dans les caisses de l’État, c’est un système original qui finance la vie culturelle en France. Jusqu’ici, tout va bien… comme dit Hubert dans la Haine.


Mais voilà, les vendeurs de produits reconditionnés refusent de contribuer à ce système vertueux. Leur argument est de dire : « On est pour l’écologie, on favorise l’économie circulaire, on ne peut pas respecter en plus les règles européennes sur le droit d’auteur en participant au financement de la vie culturelle de notre pays ». Il faut choisir : écologie ou culture. Du binaire."

La Copie Privée est une source de financement vitale à la culture, à la création artistique et au dynamisme de la vie culturelle dans tous les territoires. Pour soutenir les artistes, les salles de spectacles, les festivals…. : Rejoignez l'appel, cliquez ici.

À ce jour, l'appel a été signé par 3 872 auteurs, autrices, artistes, écrivain·es, scénaristes, sculpteur·rices, photographes, cinéastes, compositeur·rices, producteur·rices, éditeur·rices, humoristes, comédien·nes, illustrateur·rices, directeur·rices de salles et de festivals. La Fraca-Ma est également signataire.

Pour en savoir plus sur le débat, cliquez ici

« article précédent article suivant »