Département : Ailleurs

Catégorie : Actualité du secteur

Le marché français du disque affiche une croissance en 2019 !

Le marché français du disque affiche une croissance en 2019 !

par Anaïs Rambaud - le 27/02/2020

Le Syndicat national de l’édition phonographique (Snep) vient de dévoiler les chiffres du marché français de la musique enregistrée pour l’année 2019. Et les trois constats qu’il met en évidence sont particulièrement positifs.

Le Snep l’assure, « on est loin des années 2000 », mais toutefois, le marché de la musique est en croissance en 2019. Recrudescence du vinyle ? Consommation encore élevée de CD ? C’est surtout l’essor du streaming par abonnement qui y est pour quelque chose, de même que le succès des artistes produits en France, qui représentent 19 des 20 meilleures ventes en 2019.

En clair, le marché français de la musique enregistrée affiche une hausse de +5,4% en 2019. Cela fait maintenant quatre années consécutives qu’il est en croissance depuis la crise du disque des années 2000.

Recrudescence avérée du vinyle

En 2019, 4,1 millions de vinyles ont été vendus en France (contre 3,9 millions en 2018). La galette noire subit un véritable come-back chez les consommateurs. De même, les platines et les tourne-disques sont eux aussi revenus sur le devant de la scène dans le marché du petit-électroménager. La croissance est fulgurante quand on constate qu’en 2015, seuls 900.000 vinyles avaient été vendus dans l’année.

10% de la population française écoute en streaming payant

Mais le chiffre le plus attendu est sans doute celui du streaming, qui sauve clairement le marché de la musique enregistrée. Le nombre d’abonnement numérique a augmenté de +1,7 millions d’abonnés (soit de 18,5%), relevant le chiffre total d’abonnés à un streaming payant à 9,4 millions. Le cap des 10% de la population française a donc été franchi pour la première fois. Les abonnements payants génèrent désormais près de 80% des revenus du streaming.

Le Snep craint toutefois peiner à l’avenir à dépasser ce chiffre, car il faudra « gagner la bataille de l’arbitrage des consommateurs, de plus en plus sollicités par des abonnements à des contenus toujours plus divers », inscrit le rapport.

Seule ombre au tableau, rappelle le Snep, le marché, affichant 625 millions d’euros pour les ventes physiques et numériques, rattrape « tout juste celui d’il y a dix ans avec 628 millions d’euros et ne représente encore que 44% que celui de 2002 avec 1,4 milliards d’euros ».

« article précédent article suivant »