Département : Ailleurs

Catégorie : Actualité du secteur

Le Bureau Export publie son palmarès 2019

Le Bureau Export publie son palmarès 2019

par Anaïs Rambaud - le 13/02/2020

Comme chaque début d’année, le Bureau Export de la Musique Française lève le voile sur ces artistes hexagonaux qui se sont distingués à l’étranger. Des données 2019 qui mettent en avant une esthétique en particulier : la musique électronique.

C’est une année « record » pour l’export français. Tout d’abord en ce qui concerne les certifications : 121 productions français ont été certifiées à l’étranger en 2019, dont 34 albums et 87 singles (soit +92% par rapport à 2018). Ces certifications ont été obtenues par 55 artistes ou groupes, et 28 d’entre eux ont été distingués pour la première fois à l’export cette année. Le streaming permet également aux artistes d’être écoutés sur le long terme à l’étranger. Certains albums sont donc mis en avant sur les territoires pendant plusieurs années après leur sortie (c’est le cas pour 14 albums et 21 singles d’avoir atteint un nouveau seuil en 2019).

Les musiques électroniques françaises sont toujours les grandes gagnantes de ces certifications. Elles sont plus populaires juste devant les musiques urbaines (qui ont multiplié leur côté par cinq depuis 2016).

Peu de femmes dans le live à l’export

Pour la musique live, les chiffres sont également satisfaisants pour le Bureau Export. 5 553 dates ont été comptabilisés en 2019 et données dans 114 pays au total. 750 artistes se sont déplacés ou ont été mobilisés dans ces exports, ainsi que 167 producteurs de spectacles. Le continent le plus visité par les artistes français a été l’Europe, sans grande surprise. Les musiques électroniques arrivent encore en tête des esthétiques les plus jouées en live par des artistes français, tout juste devant la catégorie « wolrd/reggae » (18%) et le jazz (14%).

De manière générale, les artistes français sont généralement en tête d’affiche ou bien mis en avant dans les affiches de festivals. Seule ombre au tableau : la présence trop faible de femmes à l’export. Le genre où elles sont le plus représentées est la pop, les musiques du monde et la chanson.

Pour rappel, le Bureau Export accompagne depuis 1993 la filière musicale française dans le développement de ses artistes à l’internationale, que ça soit dans le domaine des musiques actuelles ou des musiques classiques.

« article précédent article suivant »