Département : Ailleurs

Catégorie : Actualité du secteur

Agi-Son présente l'enquête "Publics des musiques actuelles en France : profils et rapports aux risques auditifs"

Agi-Son présente l'enquête "Publics des musiques actuelles en France : profils et rapports aux risques auditifs"

par Boris Adamczyk - le 06/05/2019

L'association notamment en charge de la fameuse campagne "Hein !?" (relayée en Centre-Val de Loire par la Fraca-Ma) a chargé le cabinet d’études SoCo pour cette étude menée en 2018 et 2019. Désormais publiée, elle repose sur les réponses de 1 393 spectateurs et spectatrices des salles de musiques actuelles en France.

Basée sur l’évaluation de la campagne de prévention « Hein ?! », qui se déploie chaque année à partir de novembre grâce aux relais régionaux d'Agi-Son, cette enquête nationale vise à approfondir la connaissance des profils et pratiques des publics des salles de musiques actuelles en France et sonde leurs expériences et perceptions des risques auditifs. Pour les acteurs de la filière musicale comme de la santé, les résultats de l’étude permettent de saisir les réalités sociologiques des pratiques actuelles, afin d’adapter et améliorer les actions de prévention.

Quelques données retiennent l’attention :

  • un tiers des adultes se rend en concert avec des enfants ;
  • le rock arrive en tête des styles musicaux, sauf pour les jeunes générations ;
  • la fréquentation des festivals est préférée par l’ensemble des moins de 35 ans ;
  • 8 sur 10 : c’est le nombre de spectateurs ayant déjà eu un acouphène (sifflement ou bourdonnement dans les oreilles).

Ce dernier chiffre inquiétant témoigne de troubles auditifs devenus courants... Face à ces troubles, le public a t-il développé des habitudes de protection ? Est-il bien informé concernant les risques auditifs liés à ses pratiques ?

L'enquête Publics des musiques actuelles en France : profils et rapports aux risques auditifs est publiée avec le soutien de Sacem et grâce à l'implication des relais régionaux d'Agi-Son et des salles adhérentes de la Fédélima.

L'étude est disponible au téléchargement.

« article précédent article suivant »