Département : Indre (36)

la Parenthèse Musique : Piers Faccini

Organisation :

Communauté de Communes Éguzon Argenton Val de Creuse / association Oc and Oil

juil. 16 2019

Église Gargilesse

la Parenthèse Musique : Piers Faccini

21h
gratuit

Piers Faccini (voix, Royaume-Uni)

Dans ses chansons, Piers Faccini semble venu d’un pays imaginaire, s’inspirant d’un âge d'or (XIe-XIIIe siècles) où la Sicile était au cœur de multiples cultures. Il chante une utopie musicale personnelle, une danse intime entre Orient et Occident. Il est toujours loin des modes et hors du temps. Piers Faccini est surtout aussi à l’aise dans une complainte napolitaine du XVIIIe siècle que dans un blues de la Nouvelle-Orléans où un folk mélancolique, collaborant avec des artistes aussi divers que Vincent Ségal, Dawn Landes, Rokia Traoré, Ben Harper, Ballaké Sissoko, Camille ou bien encore Ibrahim Maalouf. Le songwriter italo-britannique est surtout le citoyen de son propre imaginaire. Un îlot créatif qu’il situe cette fois en Sicile. Avec son projet I Dreamed an Island, Piers Faccini s’envole cette fois vers l’âge d’or de cette île, aux XIIe et XIIIe siècle, lorsqu’elle était un carrefour bouillonnant des cultures latino-chrétienne, gréco-byzantine et arabo-islamique. Un pasodoble entre Orient et Occident qui, dans sa bouche et entre ses doigts, offre des contours inédits.

Né à Londres en 1970 d’un père italien et d’une mère britannique, Faccini est un digne représentant de la grande tradition anglophone des singersongwriters. Admirateur sans borne de Leonard Cohen, cousin spirituel de Nick Drake — comme le confirme la composition To Be Sky qui ouvre I Dreamed An Island —, Faccini distille depuis 1977 et ses débuts avec son groupe Charley Marlowe, un folk aérien, subtil et lettré, à l’image de ce musicien passé sur les bancs du très élitiste et prestigieux Eton College, à Windsor. Depuis plus de quinze ans et ses premiers pas en solo sur la maison de disque amiénoise Label Bleu (Leave No Trace, 2004), Faccini a construit une discographie conséquente et multiplié les collaborations avec des instrumentistes tels qu’Ibrahim Maalouf et Vincent Ségal, amoureux des répertoires d’Afrique et d’ailleurs. Son style — et c’est justement en cela qu’il se démarque de ses héros folk — est influencé par toutes ces musiques extra-occidentales : I Dreamed An Island en est l’exemple le plus abouti. Pour laisser libre cours à son imagination débordante et pour embrasser ses multiples inspirations, Faccini a créé son propre label, il y a tout juste trois ans, Beating Drum. Un label sur lequel il joue le rôle de producteur et avec lequel il peut également développer ses autres dons : car notre éclectique quadragénaire se mue en peintre et photographe à ses heures, et participe au design de ses productions en créant parfois lui-même les enluminures, l’artwork qui orne les pochettes des disques de Beating Drum. Aujourd’hui retiré de la vie citadine et installé dans les montagnes cévenoles, Piers Faccini, artiste total, indépendant, se fait discret mais s’impose véritablement comme l’un des musiciens folk les plus incontournables de sa génération.

www.piersfaccini.com