Département : Loiret (45)

Week-end belge : La Jungle + Cocaïne Piss + Le Prince Harry

Organisation :

l'Antirouille l'Antirouille

avril 26 2019

l'Astrolabe Orléans c/o association l'Antirouille 1 rue Alexandre Avisse

Week-end belge : La Jungle + Cocaïne Piss + Le Prince Harry

20h30
abonnés Astro : 5 €
prévente : 8 €
sur place : 10 €

La Jungle (math kraut transe rock, Belgique)

Une six-cordes, un casio et un kit de batterie. Il n’en faut parfois pas plus pour faire péter le mercure et irriter les yeux de sueur après deux breaks et trois accords. Jim et Reggie l’ont bien compris et appliquent la fameuse équation 1 + 1 = 3 à leur math/kraut/transe rock débraillé, qui embarque dans sa frénésie riffs métalliques, giclées de noise et assauts de toms et cymbales guidés au stroboscope. Le rock enfile ses premières sapes pour redevenir sauvage, moite et primal. Deux singes rouquins, un très grand et un plus petit, vous emmènent dans leur milieu naturel : La Jungle !

www.facebook.com/lajungleband

Cocaïne Piss (punk noise, Belgique)

Cocaïne Piss est né lors d’un été de désœuvrement en 2014, à Liège, sous l’impulsion de quatre amis Le punk rock agressif et musclé de Cocaïne Piss oscille entre les canons du genre et une sensibilité noise. Si le groupe cite Pissed Jeans ou Ceremony en bande-son, il semble surtout guidé par son énergie irrésistible et l’envie d’en découdre, à grands coups de blasts (sic) sonores d’une minute trente, et de prestations scéniques fulgurantes, dépassant rarement la demi-heure.



Le Prince Harry (synth punk, Belgique)

Issu du terreau malfaisant de Toxcity aka Liège la terrible, le duo sale et méchant Le Prince Harry (Lio et Snon) terrorise depuis 2006 les caves belges et françaises avec un accent à couper au couteau et de violentes pulsions punks exécutées aussi bien à la guitare qu’au clavier. Le Prince Harry démontre très tôt l’efficacité de sa synthèse synthpunk décrébrale aussi dansante que défouloire qui lui attire les bonnes grâces du label Teenage Menopause (JC Satàn, Jessica93, Harshove…). En deux LPs, It’s Getting Worse (2012) et Synthetic Love (2017), c’est plié : le groupe s’est taillé une réputation d’incendiaire des dancefloors qui collent à grand coups de tubes (Chemistry, Chat Bot, Blitz of Bliss...). En 2019, Le Prince Harry prépare son retour, coldifie ses riffs et pousse un peu plus loin le curseur indus pour un troisième album prévu début mars chez Teenage Menopause ! Ambiance de garage hanté, effronterie punk et vibrations digitales lo-fi restent les fondamentaux de Le Prince Harry, experts en teufs à cheval entre la soirée punk et le live électronique