Département : Loiret (45)

Jazz Or Jazz : Akosh S., "Élégia, hommage à Zoltàn Huszàrik"

Organisation :

Jazz Or Jazz Jazz Or Jazz

avril 19 2017

Théâtre d'Orléans Orléans cedex 1 BP 21269

Jazz Or Jazz : Akosh S., "Élégia, hommage à Zoltàn Huszàrik"

23h
tarif plein : 10 €
tarif réduit : 5 €
salle Vitez

Mi-concert mi-cinéma, ce projet inclassable s’inspire de l’univers du fllm Élégia de Zoltàn Huszàrik. Akosh S. et ses musiciens rendent ainsi hommage au cinéma hongrois.

Zoltàn Huszàrik (1931-1981 Hongrie), figure mythologique au destin bouleversé, est parmi les rares hommes qui tout en devenant un symbole de son époque a dé nitivement changé le langage cinématographique. Son film de 19 minutes, réalisé en 1965, renouvelle l’univers formel du cinéma, critique le régime, ce qui lui vaut une interdiction de diffusion. Le film est basé sur une allégorie homme-cheval. Ces animaux que l’homme a domestiqué 2000 ans avant notre ère et qui sont parmi les premiers que l’on trouve dans les grottes préhistoriques. Les images montées en rythme - comme de la musique - montrent une vulnérabilité totale en face de l’évolution du monde. Élégia est le premier film hongrois qui se pense en langage cinématographique. Un des - voire le - summum du cinéma hongrois.

Akosh Szelevenyi (Akosh S.) est né en 1966 à Debrecen en Hongrie. Il commence ses études musicales à Budapest : histoire de la musique, solfège, formation classique et folklorique, chant, flûte Béres, clarinette. Il découvre en même temps Beethoven et Led Zeppelin, tout en approfondissant sa connaissance de la tradition du monde rural, à travers les tànchàz (lieux de rencontre autour de la musique et de danses) et grâce aux groupes Muzsikàs et Téka, puis il approfondit sa connaissance musicale de Bach à Bartòk. Artiste épris de liberté, Akosh S. passe clandestinement le mur de fer en 1986 pour propager une musique brute, entre folklore magyare et free jazz. Il fonde son propre groupe Akosh S. Unit, participe aux enregistrements de Noir Désir et tourne partout en Europe... Il découvre le film Élégia, qu’il considère pour lui comme fondateur, "sous le manteau" à l’âge de 15 ans. Lorsque le Festival International du Cinéma d’Amiens lui fait la commande de créer un ciné-concert, il entreprend un travail de longue haleine, et réalise ce projet musical et visuel écrit pour 10 musiciens (puis réécrit pour cinq) à partir de cette œuvre de 19 minutes à peine. Élégia est un des rares projet que Akosh S. continue à jouer après des années. Il est né à un tournant de sa carrière, à partir duquel il s’est orienté vers la musique uniquement improvisée, n’exerçant plus l’écriture musicale que pour les pièces créées avec Josef Nadj depuis 2006. La thématique est chaque fois respectée, mais l’improvisation a un rôle central, qui se base sur les musiciens, à chaque période, différents invités, rendent hommage ainsi à l’actualité du propos dufilm. Cette fois-ci, Akosh S. fait appel à des jeunes musiciens de la scène actuelle.

  • Akosh S. : saxophone
  • Gabriel Lemaire : saxophones, clarinettes
  • Valentin Ceccaldi : violoncelle
  • Màtyàs Szandai : contrebasse
  • Étienne Ziemniak : batterie, gardon