Département : Ailleurs

Catégorie : Actualité du secteur

La Fédélima dévoile ses chiffres clés 2018

La Fédélima dévoile ses chiffres clés 2018

par Anaïs Rambaud - le 30/11/2019

Chaque année, la Fédération des lieux des musiques actuelles publie une étude relative à ses adhérents et leur activité. Elle vient de rendre publics ses chiffres 2018, recueillis en 2019 auprès de 117 lieux de musiques actuelles en France.

Avec un score honorable de 79% de participation, la Fédélima a dévoilé ses données 2019 basées sur l’activité 2018 de ses adhérents. Parmi ses axes de développement, cette fédération œuvre notamment sur l’analyse sectorielle du secteur. C’est dans ce cadre qu’elle étudie chaque année l’état de la filière à travers une observation participative et partagée.

Les adhérents de la Fédélima ne sont pas tous des lieux dédiés aux musiques actuelles sous la forme associative. D’autres sont des lieux sans équipements fixes ou des lieux d’accompagnement des pratiques artistiques. 11,5% sont des établissements public à caractère industriel et commercial, 5,9% sont en régie directe. Forte de ses 139 adhérents en 2019, la Fédélima observe également que ceux-ci ont en moyenne 20 ans d’existence, sont répartis sur l’ensemble du territoire métropolitain (sauf la Corse). 71,9% sont en milieu urbain, 10,8% sont en milieu rural. 50,4% sont labellisés SMAC (Scène de musiques actuelles) par l’État.

Concernant les conventions collectives, 73,1% d’entre eux appliquent celle des entreprises artistiques et culturelles et 17,9% de l’animation.

Des concerts, mais aussi des résidences et des festivals

Les activités de salles de musiques actuelles sont variées : si 100% d’entre elles organisent des concerts, 95,5% accompagnent des artistes, 94,5% concoctent des actions culturelles, 90% ouvrent leurs portes aux résidences de création. 50,9% d’entre elles ont également un festival à organiser, 50% propose de l’enregistrement en studio, 34,5% font des formations administratives ou techniques au sein de leur structure.

Des salariés masculins en majorité dans les structures

Des structures qui ont répondu à l’enquête, la Fédélima compte une moyenne de 59 soirées organisées par an. Au total, 13 090 artistes se sont produits chez les adhérents. Le prix moyen d’un billet plein tarif chez ces mêmes structures est de 14 euros (hors festival).

Les adhérents de la Fédélima emploient 13 salariés permanents en moyenne par lieu (et 100 salariés hors permanents par structure) et comptent 56 bénévoles en moyenne par lieu. Sur la totalité des salariés permanents, 39,4% sont des femmes. Ces dernières représentent 25,5% des structures en tant que directrices.

Les artistes féminines au sein des programmations des adhérents ne sont que 15,3%. Pire constat, les techniciennes n’occupent que 8,8% des postes.

Enfin, la médiane des budgets de ces structures est à 803 766 euros, dont 39% provient des recettes propres (bar, billetterie...) et 55% de fonds publics.

Pour mémoire, la Fédélima compte parmi ses rangs en région Centre-Val de Loire l'Astrolabe (Orléans), le Chato'do (Blois), Figures Libres (Vendôme), Emmetrop (Bourges), le Petit Faucheux et le Temps Machine (Tours).

« article précédent article suivant »