Département : Ailleurs

Catégorie : Actualité du secteur

Les modes de gestion des lieux de musiques actuelles en question

Les modes de gestion des lieux de musiques actuelles en question

par Anaïs Rambaud - le 05/11/2019

Dans le cadre d’un travail engagé par nos voisins du RIF (Réseau des musiques actuelles en Île-de-France) et suite à une étude de la Fédélima (Fédération des lieux de musiques actuelles), une journée d’information autour des modes de gestion des lieux de musiques actuelles aura lieu à Ris-Orangis le 18 novembre prochain.

Plancher sur les différences de salles, de statuts, de gouvernances pour des structures de musiques actuelles, c’est ce qui attend les participants à la journée du 18 novembre, organisée par le RIF, la Fédélima, le Plan et l'Empreinte, deux salles de musiques actuelles conventionnées en Île-de-France. Cette journée entre dans le cadre de la feuille de route du RIF qui accompagne la structuration de ses adhérents, en particulier le Plan et l'Empreinte, toutes deux en réflexion actuellement avec l'Agglomération Grande Paris Sud.

Par ailleurs, l’événement fait suite à l’étude de la Fédélima parue en 2018 portant sur les "Lieux de musiques actuelles gérés par un Établissement public local", dans laquelle les relations avec les collectivités publiques sont détaillées, expliquées et analysées.

Une plénière et des ateliers

La journée s’ouvrira par une plénière, de 10h15 à 12h30, balayant les différents choix de modes de gestion pour les établissements de musiques actuelles. « Entre pragmatisme et projet politique » termine l’intitulé de la plénière.

Après la pause déjeuner, trois ateliers seront menés de front : les rouages administratifs des différents modes de gestion d’un côté, les gouvernances selon le projet politique des lieux, et le changement de mode de gestion (« comment passer d’un statut à l’autre ? »).

Retour sur l’étude de la Fédélima

Par essence, les lieux de musiques actuelles sont plutôt d’initiatives citoyennes et leur gestion est logiquement portée par des associations. La mise en place et la démocratisation du label Smac, passant ainsi les salles de concert à des lieux conventionnés de spectacle, a transformé petit à petit l’envergure et les enjeux de ces salles, tant du point de vue du rayonnement sur un territoire que du propos artistique et culturel qui se doit être clairement énoncé.

La question du mode de gestion de pose alors, par rapport aux publics notamment, et non pas sur des simples organisations administratives. Alors, ce choix est-il politique avant tout ? Comment doit être écrit le projet de la salle selon sa gestion ? Comment articuler une gouvernance cohérente et viable ? Tous ces axes, abordés dans l’étude (disponible en ligne) seront abordés le 18 novembre prochain.

Rendez-vous le 18 novembre 2019, au Plan à Ris-Orangis, à partir de 9h30.
Inscriptions obligatoires en ligne.

« article précédent article suivant »