Département : Ailleurs

Catégorie : Actualité du secteur

Bonne nouvelle : le Fonpeps se simplifie

Bonne nouvelle : le Fonpeps se simplifie

par Anaïs Rambaud - le 01/11/2019

Le Fonpeps (Fonds national pour l’emploi pérenne dans le spectacle) vient d’être revu et corrigé. Depuis le 1er octobre 2019, les neuf aides différentes se sont rassemblées : il n’y a plus que cinq déclinaisons, dont « l’aide à l’embauche en contrat à durée indéterminée ou en contrat à durée déterminée dans le secteur du spectacle ».

C’est la seule modification faite par le ministère de la Culture dernièrement pour le Fonpeps, mais elle a son importance. Déjà, elle pérennise le fonds en lui-même, qui avait été remis en question puis prolongé en dernière minute par un décret en mai, le faisant courir jusqu’à fin septembre. Ensuite, cette nouvelle aide, remplaçant quatre aides pré-existantes, permet de conforter les salariés du spectacle sur de l’emploi longue durée et l’aide à l’embauche des jeunes artistes diplômés. Le ministère s’est expliqué : « à l'issue d'une large concertation et après un bilan des précédentes mesures, il a été décidé de simplifier, pour les professionnels, le dispositif actuel en fusionnant les principales aides et de revoir leur barème afin d'en renforcer le caractère incitatif ».

Une rallonge, notamment pour les artistes lyriques

Côté budget, il y a également des rallonges sur les plans budgétaires 2020. Notamment sur l’emploi des artistes lyriques. L’enveloppe complémentaire devrait être de cinq millions d’euros. Les autres aides restent inchangées, à savoir l’aide à l’emploi dans le secteur de l’édition phonographique, le dispositif de soutien à l’emploi du plateau artistique de spectacles vivants diffusés dans des salles de petite jauge, le soutien des cafés-culture ou encore l’aide à la garde de jeunes enfants pour les artistes et les techniciens intermittents du spectacle.

Pour rappel, le Fonpeps avait été mis en mis en septembre 2016, à la suite de la crise des festivals de l’été 2014 qui avait donné naissance à la loi du 17 août 2015 relative au dialogue social et à l’emploi dans l’intermittence. Le budget initial était alors de 90 millions d’euros.

« article précédent article suivant »