Département : Ailleurs

Catégorie : Actualité du secteur

"Un secteur de passionné(es) sous pression" : la GAM et le CURA étudient le bien-être et la santé dans l'industrie musicale

"Un secteur de passionné(es) sous pression" : la GAM et le CURA étudient le bien-être et la santé dans l'industrie musicale

par Anaïs Rambaud - le 22/10/2019

La GAM (la Guilde des Artistes de la Musique), en partenariat avec le collectif CURA (Collectif pour la santé des artistes et des professionnels de la musique), créé en 2019, ont profité de la récente édition du MaMA pour dévoiler les résultats de leur enquête sur la santé et le bien-être dans l’industrie musicale.

« Travailler dans la musique aujourd’hui amène à poser deux questions fondamentales : comment faire pour devenir le prochain Avicii, et aussi, comme faire pour éviter de devenir le prochain Avicii ? ».

Le manifeste du CURA se pose à la place de l’artiste. Osciller entre déception et satisfaction, indifférence et succès peut être plus que néfaste au développement d’une carrière dans le milieu musical. Et ce constat est dorénavant appuyé par des chiffres qui font état de la santé des artistes mais aussi, plus largement, des personnes travaillant dans la musique.

L’enquête s’est déroulée en 2019 et a obtenu 503 réponses. La plupart des personnes interrogées sont âgées de 25 à 45 ans et de 55% des artistes (contre 45% des professionnels, tous métiers du secteur confondus). 70% des répondants n’ont pas d’enfant et la majorité exerce son métier depuis moins de dix ans. Seuls 4% des interrogés ne rencontrent jamais de conflits entre leur vie professionnelle et leur vie personnelle.

Pression, dépression et addiction

En ce qui concerne la santé physique, quatre individus sur cinq souffrent de troubles du sommeil, de mauvaises habitudes alimentaires et manquent d’exercice physique. Deux chiffres sont particulièrement inquiétants : 63% des individus interrogés ont parfois ou souvent des maladies ou d’autres problèmes physiques liés à leur activité professionnelle et/ou à la pratique de leur instrument et 48% souffrent parfois ou souvent de problèmes auditifs.

Au sujet de la santé mentale, quatre individus sur cinq souffrent d’anxiété liée à leur activité professionnelle. Certains évoquent « une pression » quant aux attentes de résultats. D’autres parlent de déprime. La « dépression » serait d’ailleurs diagnostiquée dans l’industrie musicale dans un cas sur quatre (contre un cas sur dix dans la moyenne française).

L’addiction est, elle aussi, présente dans l’étude et le chiffre est sans appel : 43% des interrogés disent avoir, parfois ou souvent, des problèmes d’alcool, 30% des problèmes de drogues ou autres addictions.

Le harcèlement bien présent

Le harcèlement, qu’il soit moral ou sexuel, est aussi l’un des paramètres d’étude de la GAM et le CURA. 51% des 256 répondantes travaillant dans l’industrie musicale, disent avoir été victimes, parfois ou souvent, de harcèlement moral (soit une femme sur deux) et 31% d’entre elles travaillant dans le secteur musical disent avoir été victimes, au moins une fois, de harcèlement sexuel (presque une femme sur trois). 3% d’hommes ont répondu en avoir été parfois ou souvent victimes.

À la question « avez-vous cherché de l’aide ? », trois personnes sur cinq répondent négativement. Pour corriger cette réaction, plusieurs solutions pourraient être envisagées. En tête des réponses, la mise en place d’un fond d’aide à ce genre de problème, ou encore des groupes de discussion, applications sur smartphone et un accès facilité aux soins.

La GAM et le CURA entreprennent actuellement la rédaction d’un guide sur la santé des artistes. Des ateliers seront mis en place début 2020 et un répertoire open source de professionnel(les) de la santé à contacter en cas de besoin devrait être créé.

« article précédent article suivant »