Département : Ailleurs

Catégorie : Actualité du secteur

Publication de l'étude "La représentation femmes · hommes dans le jazz et les musiques improvisées"

Publication de l'étude "La représentation femmes · hommes dans le jazz et les musiques improvisées"

par Anaïs Rambaud - le 12/10/2019

Cette année, plusieurs études ont levé le voile sur des statistiques révélant les inégalités hommes-femmes dans le secteur de la culture. L’AJC (Association Jazzé Croisé), Grands formats (Fédération d’artistes pour la musique en grands formats), la Fneijma (Fédération nationales des Ecoles d’influences jazz et musiques actuelles) et l’Adej (Association des enseignants de jazz) ont sorti récemment une enquête sur la représentation des femmes dans le milieu du jazz et des musiques improvisées.

La formation, l’enseignement, les structures de diffusion ou encore le personnel administratif de 138 entités (en détails, 47 équipes artistiques, 41 structures de diffusion et 50 structures de formation) sont passées au crible sur les questions de parité dans le cadre de l’étude de représentation hommes-femmes dans le jazz et les musiques improvisées. Chiffres et restitution d’entretien viennent d’être dévoilés et feront l’objet de plusieurs temps forts à venir auprès des membres des réseaux à l’initiative de ce travail.

Très peu de femmes dans le jazz

Sans surprise, cette étude montre que le milieu du jazz et des musiques improvisées est à l’image de celui des musiques actuelles : le secteur est plus masculin que féminin. Les femmes ne représentent que 25% des élèves de conservatoires et des stagiaires en formation professionnelle. Les enseignantes sont, elles, environ 18% et les musiciennes se comptent à 15% sur la totalité des musiciens interrogés dans les équipes artistiques des grands ensembles. Les spectacles, quant à eux, sont à 78% masculins majoritairement. Quand une femme fait partie d’une équipe artistique, elle est dans 83% des cas une chanteuse. À l’inverse, 10% des percussionnistes, cuivres ou pianistes, sont des femmes.

Ces dernières sont aussi plus nombreuses à choisir l’éducation musicale dans leur carrière plutôt que la scène. De même, les équipes administratives sont composées de femmes (65%). 17,5% des techniciens du milieu sont des femmes.
Quant aux directrices de structures dans le jazz et les musiques improvisées, elles ne sont que 3%, face à 97% d’hommes aux mêmes postes.

Le spectacle vivant privé a fait le même constat

Pour rappel, en 2019, plusieurs actions en faveur des femmes dans l’industrie musicale ont été menées. Parmi elles, les premières Assises des femmes de la musique et du spectacle ont eu lieu le 19 juin dernier. C’est à cette occasion qu’une large étude avait été dévoilée sur la place des femmes dans la musique, et plus largement le spectacle vivant, portée par des organismes comme le Prodiss, la Sacem, l’Adami, l’Afdas, Audiens, le CNV ou encore la SCCP.

Le constat était sans appel : sur près de 12 000 entreprises œuvrant dans le champ de l’édition musicale, de l’édition phonographique ou du spectacle vivant privé (89% des entreprises étudiées), les inégalités se creusent du côté de la rémunération ou des effectifs. Les intermittentes femmes sont payées 9% de moins que les hommes quand elles sont artistes, 6% de moins quand elles sont techniciennes. Les salariées sont, elles, plus nombreuses du côté des moins de 30 ans mais ensuite, la tendance s’inverse. Pour pallier à ces difficultés, des formations en faveur « du leadership féminin », des programmes de mentorat, des accompagnements et une cellule de soutien ont été mises en place.

« article précédent article suivant »