Département : Ailleurs

Catégorie : Autre

Drame de la Fête de la Musique à Nantes : communiqué du Pôle (Pays de la Loire) et de Culture Bar-Bars

Drame de la Fête de la Musique à Nantes : communiqué du Pôle (Pays de la Loire) et de Culture Bar-Bars

par Boris Adamczyk / Fraca-Ma - le 11/07/2019

Titré "Les acteurs de la musique et de la vie nocturne solidaires de la scène techno" et diffusé début juillet par nos collègues du Pôles de coopération pour les musiques actuelles en Pays de la Loire, et par le Collectif Culture Bar-Bars, le communiqué ci-dessous fait suite au drame survenu le soir du 21 juin 2019 sur les bords de Loire nantais.

« Les acteurs de la musique et de la vie nocturne solidaires de la scène techno
En tant que fédérations d’acteurs de la musique et de la vie nocturne implantés à Nantes et en Pays de la Loire, nous dénonçons la violence survenue lors de la Fête de la Musique à Nantes. Comment une intervention de police a-t-elle pu causer, ainsi, la chute dans la Loire de plusieurs personnes asphyxiées par les gaz lacrymogènes et apeurées par l’usage de lanceurs de balle de défenses (LBD) ? Quatorze personnes ont été sauvées de la noyade par les pompiers heureusement présents sur place. Et un jeune homme reste toujours porté disparu. Nous exprimons notre solidarité vis-à-vis des victimes, des publics et des sound system présents sur place, et partageons leur indignation.

La Fête de la Musique est un événement national, une fête populaire qui donne à voir la diversité des pratiques et expressions musicales. Elle représente un temps de vie exceptionnel de partage entre passionnés de musique et de mise en visibilité des pratiques amateurs. Pour la scène techno, ce rendez-vous annuel représente une opportunité pour organiser des fêtes de taille humaine qui sont, le reste de l’année, compliquées à mettre en œuvre. Nous nous interrogeons sur le traitement subi par les publics et les acteurs du mouvement des fêtes libres (free party), et plus globalement sur le manque de bienveillance vis-à-vis des pratiques culturelles de la nuit.

Concernant le drame de Nantes, les modalités de l’intervention policière nous interpellent, avec un manque de proportionnalité vis-à-vis du problème que l’intervention était censée résoudre. Comment peut-on, pour une question de respect d’horaire et de nuisance sonore, prendre de tels risques avec la vie de personnes qui participent insouciamment à un événement populaire ? Quelle doctrine sécuritaire sous-tend une intervention de cet ordre, et quelles sont les responsabilités ?

Nous nous réjouissons qu’une enquête de l’IGPN (Inspection générale de la police nationale) ait été ouverte pour faire la lumière sur les circonstances de ces événements et déterminer les différentes responsabilités. L’association Media’son a décidé de collecter les témoignages de personnes ayant été mises en danger dans la perspective de déposer une plainte groupée. Le parquet de Nantes a également ouvert une information judiciaire pour rechercher les causes de la disparition de Steve Maia Canico.

Nous souhaitons que ces démarches et enquêtes permettront de faire la lumière sur les responsabilités de ce drame, pour qu’il ne se reproduise pas, pour que les principes d’écoute, d’anticipation et de bienveillance soient de mise entre la puissance publique et les acteurs culturels quels qu’ils soient - sans discrimination, ni préjugé.

Les expressions festives, artistiques et culturelles, participent du bien-être des populations, malgré les nuisances et problématiques qu’elles peuvent parfois soulever. De ce point de vue, les acteurs culturels prennent leur responsabilité sur de nombreux enjeux sanitaires et sociétaux. Dans une société où la violence sociale et économique est déjà extrêmement présente, nous considérons que la puissance publique a la responsabilité de ne pas durcir le ton en adoptant des réponses répressives et contre-productives, mais d’anticiper les situations en encourageant les initiatives responsables et en prenant le temps de la concertation entre toutes les parties-prenantes : forces de l'ordre, collectivités locales et organisateurs. »


Contacts :

« article précédent